Jimbere

Kirundi French English
Info des Facs

Université du Burundi: coup de projecteur sur la Bibliothèque centrale «Kadhafi»

C’est une escale obligée pour la recherche académique au Burundi. Créée en 1985 grâce à un don de l’ancien homme fort de la Lybie, Mouammar Kadhafi, la Bibliothèque de l’Université du Burundi  totalise aujourd’hui plus de 937.000 titres. Fonctionnement au quotidien, capacité d’accueil, besoins et numérisation… Le point avec  Sophonie Ndayishimiye, Bibliothécaire en chef adjoint.

La Bibliothèque Centrale de l’Université du Burundi est connu dans le milieu estudiantin sous le sobriquet de «Siguvyaye» – que lui ont affectueusement collé les honorables poilssimes. Ce nom veut littéralement dire « Accouche et pars » et insiste sur le fait que dans le temps, c’est-à-dire  avant l’avènement du système de BMD, chaque étudiant devrait y laisser son travail de mémoire. A l’heure qu’il est, elle est sans doute le plus grand centre de documentation au Burundi, avec un réseau de 11 bibliothèques périphériques intégrées dans les différentes facultés et différents campus à travers le pays.  Parmi celles-ci se  trouve la Bibliothèque Rosa Parks American Corner  de partenariat avec l’Ambassade des Etats Unies située au campus Kamenge et dont le rôle principale est l’animation culturelle, la formation  en  langue anglaise et des TICs à l’endroit de ses abonnés. 

Fréquentée par plus de 700 personnes, par jour, comme l’indique Sophonie Ndayishimiye, plus de 95% sont des étudiants de l’Université du Burundi. Il fait savoir que la Bibliothèque Centrale offre principalement des services de lecture des livres, mais aussi ceux de navigation internet avec une trentaine de machines mises à la disposition de ses usagers. Elle est ouverte les lundis à partir de 12h jusqu’à 20 h, puis de 8h 30 jusqu’à 20h à partir de mardi à vendredi et de 8h à 12h les samedis et dimanches.  

Une somme de 3000 francs burundais soit 100 francs par jour est demandée pour l’acquisition de la carte d’abonnement pour des personnes étrangères à l’Université du Burundi.

Le nombre sans cesse croissant des étudiants, principal défi

Parmi les défis cités par le chef Adjoint, il vient en pole position les moyens limités pour pouvoir se procurer de nouveaux ouvrages, alors que les effectifs des étudiants ne cessent de s’accroitre. Explicitement, pour seulement cette année académique, l’université du Burundi a enregistré 14.392 étudiants. Notons de passage que la dernière alimentation en ouvrages des livres de date de février 2020, avec un lot de plusieurs centaines de livres qui a couté plus de 55 millions francs burundais. L’autre défi  épinglé est le nombre de machines insuffisant qui ne peut pas permettre aux étudiants de satisfaire leurs besoins de recherche ainsi que la connexion qui laisse à désirer.

Par ailleurs, Sophonie Ndayishimiye note un manque d’engouement de lecture chez les étudiants:« On ne voit plus des étudiants venir juste pour la lecture et la documentation personnelle, 80% de ceux qu’on accueille viennent pour effectuer leurs travaux pratiques. Je ne vois plus cette flamme, cette ambition de fouiller et d’en savoir plus sur le monde. Et cela est une entreprise personnelle, pas une contrainte académique»

Sophonie Ndayishimiye: »L’une des urgences est la numérisation complète de la bibliothèque de l’Université du Burundi »

Dans les perspectives d’avenir, Sophonie Ndayishimiye révèle que l’Université du Burundi compte rendre accessible virtuellement  cette bibliothèque à partir d’internet. Sophonie assure que l’université du Burundi est déjà à l’œuvre dans la mesure du possible, afin de mettre en ligne quelques-uns des documents qui sont libres d’accès. «Pour le moment seul le catalogue est consultable en ligne. La digitalisation de toute la bibliothèque est un projet ambitieux qui nécessitera des fonds importants et une implication massive de la part des autorités de l’Université du Burundi», fait-il savoir. Notez que dans cette perspective, la Bibliothèque Centrale dispose actuellement d’un site des liens des publications open et d’un catalogue électronique accessibles sur internet, ainsi qu’un Dépôt Institutionnel des publications scientifiques en ligne produites par la communauté des Chercheurs de l’Université du Burundi qui sera très prochainement fonctionnel.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

To Top