Jimbere

Kirundi French English
Société

Sugar daddy et sugar mammy : la face cachée

Des jeunes, à la recherche d’une belle vie, acceptent de vivre aux dépens d’un homme ou d’une femme âgés et riches, appelés « sugar daddy » ou « sugar mammy ». Des relations qui cachent une triste réalité…

Vous avez sans doute déjà entendu « sugar daddy » ou « sugar mammy », termes qui désigne des hommes ou des femmes d’âge mûr à la recherche des relations sexuelles auprès des jeunes hommes ou jeunes filles souvent séduisant(es) qui aiment être gâtés et choyés par des hommes ou des femme affectueux et riches.  Ces relations se font toujours en échange des cadeaux ou de l’argent.  

C’est ce qu’a vécu Anitha B., habitant un des quartiers de Bujumbura : « Je ne me suis jamais imaginée un jour être avec quelqu’un de plus âgé que moi jusqu’au jour où cet homme est venu vers moi. Je venais de terminer l’université, sans emploi et il a commencé à s’intéresser à moi. »

Cet homme, poursuit-elle, a commencé à lui offrir des cadeaux et de l’argent : « Nous avons commencé à avoir des relations sexuelles, les unes dégradantes que les autres. C’était de pire en pire mais je ne savais pas comment en sortir. »

Plus grave, raconte la jeune femme, après quelques mois, elle a découvert que l’homme en question avait une femme et des enfants de même âge qu’elle : « C’est là que j’ai décidé de fuir loin de lui en déménageant. Je regrette aujourd’hui ce passage de ma vie. »

D’après elle, la raison qui pousse un grand nombre des jeunes à accepter ce genre de relations est la pauvreté et le chômage des jeunes : « Tu finis tes études mais tu peines à trouver un emploi dans un monde de plus en plus capitaliste où tu n’es rien sans moyens financiers alors que tu as passé des années et des années à étudier. »  Pas étonnant que dans ce cas, les jeunes soient prêts à tout pour s’en sortir.

Chômage des jeunes comme facteur explicatif

Cet avis est partagé par Carine N. de Bwiza. Elle indique que la plupart de ses amies sont déjà sorties avec des hommes âgés souvent vénus d’Europe ou des Etats-Unis juste pour de l’argent et des voyages : « Nous savons bien qu’il n’y a pas d’amour là-dedans mais nous comprenons parce que les conditions de vie de certaines d’entre nous sont tellement difficiles qu’elles n’ont pas d’autres choix. »

Alain M, un jeune de Kamenge, musclé, dans la trentaine avoue que depuis qu’il est entretenu par une sugar mammy, sa vie a changé : « Mon travail consiste à faire du sport pour maintenir ma forme. Je m’entraine tous les jours car elle aime que je sois au top. » En échange, avoue-t-il, la dame lui paie tout : le loyer, les habits, etc.

Malgré cette « dolce vita », les dangers sont nombreux pour ces jeunes comme les maladies sexuellement transmissibles car il est difficile de croire qu’une telle relation, assimilée à de la prostitution, ne soit pas accompagnée d’un certain laisser- aller puisque Certains pensent qu’ils peuvent tout se permettre du moment qu’ils paient. 

L’autre danger, prévient Anitha B, ces relations peuvent perturber au niveau psychologique. « Il m’a fallu du temps pour tourner la page mais même actuellement des séquelles persistent. On se croit forte, mais on est vulnérable. »

Un article rédigé par Christian Biregeyi, issu de la faculté des sciences de la communication à l’Université Lumière de Bujumbura dans le cadre d’un stage au sein du Magazine Jimbere

1 commentaire

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

To Top