Jimbere

Kirundi French English
Publi-Reportage

Soprad Caritas Ruyigi à l’œuvre pour le développement communautaire à Gisuru

Ce 19 février 2021, Soprad Caritas Ruyigi procédait à la restitution et remise des œuvres menées depuis juin 2019 dans le cadre du projet « Ensemble pour la Réduction des Risques de Catastrophes »ERICA, qu’elle a exécuté en partenariat avec la Caritas International Belgique sur financement du Royaume de Belgique à travers la Direction générale de la Coopération au Développement « DGD » à la hauteur d’une enveloppe de 1.473.500 euros. Le projet avait l’objectif d’augmenter la résilience des populations vulnérables par le renforcement de leurs capacités de gestion des risques et des catastrophes. Le projet est de deux ans : de juin 2019 à mai 2021. La population de Gisuru est satisfaite des réalisations du projet.

Une route de plus de 25 km, un pont reliant la commune de Gisuru de la province de Ruyigi à la commune de Cendajuru de la Province Cankuzo, des ponceaux,  220 hectares reboisés sur la crête de Mpungwe surplombant la plaine du Moso, la mise en place des comités collinaires de Réduction des Risques de Catastrophes, l’accompagnement de 2000 ménages sur l’approche d’exploitation familiale intégrée  « EFI » et la promotion des groupements d’Associations Villageoises d’Epargne et de Crédit « ASSEC ». Ce sont les réalisations du projet ERICA dans 12 collines de la commune Gisuru.

Le volet Haute intensité de la Main d’œuvre « HIMO » a permis de donner du travail à 1766 ménages plus vulnérables dont 930 ménages dans les travaux de réhabilitation de la route et 836 ménages dans les travaux de multiplication des plants d’arbres et de reboisement de la crête de Mpungwe, sans oublier que  756 ménages parmi ceux –ci qui n’avaient pas de carte d’assurance maladie en ont bénéficié de la part du projet. Dans le but d’initier la population à l’épargne, les rémunérations de la main d’œuvre ont été payées par comptes individuels ouverts par le projet au profit des travailleurs HIMO et une épargne obligatoire de 1000 BIF/journée de travail a été retenue par le projet et sera restituée à la fin des travaux ce qui permettra aux travailleurs de recevoir une somme viable et de procéder aux investissements ou au développement des activités génératrices de revenus.

Dans la zone Nyabitare de cette même commune de Gisuru, c’est une grande satisfaction de la part de la population et un ouf de soulagement chez Pascal Nyabenda, chef de la colline Nyabigozi qui a vu la construction d’un pont sur une rivière.

Exprimant sa joie, Monsieur Nyabenda fait savoir que la construction de ce pont est très salutaire étant donné que la rivière était devenue une menace considérable pour la population ces derniers jours.  Au total 8 conducteurs des motos et vélos avaient échappé à la noyade avant d’être repêchés.

Bien plus, indique ce chef collinaire, indique également que le projet ERICA a  aidé beaucoup de ménages sur d’autres aspects, en protégeant contre l’érosion leurs espaces cultivables  par le traçage des courbes de niveau.

Remerciements et recommandations

Côté bénéficiaire, des témoignages fusent de toutes parts. « Soprad Caritas m’a ouvert les yeux afin de retrousser les manches et de rejoindre les autres dans un groupe d’épargne et de crédit », confiePoliceline Nyabenda. Elle a acheté une chèvre et loue depuis peu des champs pour exploitation : « Je peux emprunter de l’argent dans l’association pour aller m’acheter de la farine de blé et ainsi faire des beignets que je vends ainsi facilement. »

Elle parvient à nourrir ses bambins et le plus important, parvient sans coups férir, à rembourser le crédit avec un bénéfice : « Bientôt je remettrais sur le banc de l’école mes deux enfants qui avaient abandonné l’école faute de moyens. »

Côté administration, Madame Emérencienne TABU, Gouverneure de la province de Ruyigi, n’est pas moins laudative par rapport à ces réalisations qu’elle estime hautement bénéfiques à la population et capables de faire parvenir cette population à l’autonomisation caractéristique de développement et qui de surcroît, visent la protection de l’environnement. Néanmoins, pour souci de durabilité, la Gouverneure n’a pas manqué de recommander dans la limite de la disponibilité des fonds, la maçonnerie des caniveaux dans certains endroits nécessiteux pour garantir la durabilité de la route.

Dans son allocution de circonstance, Monsieur Alain Van Ghught, l’Ambassadeur du Royaume de Belgique au Burundi a salué les réalisations de Soprad Caritas Ruyigi en partenariat avec la Caritas International Belgique. Profitant de l’occasion, le diplomate a aussi invité la population à faire bon usage des biens publics qu’ils ont bénéficiés surtout de la route, des ponts et ponceaux qui avaient été détruits au paravent.

Quant à Monseigneur Blaise Nzeyimana, Evêque du diocèse catholique de Ruyigi, invité de marque à cette séance et représentant légal de la SOPRAD, n’a pas tari d’éloges quant aux réalisations de ce projetː « C’est une grande joie de voir ces activités de développement communautaire réalisées ici dans la Commune de Gisuru. Il y a longtemps que j’avais cessé d’emprunter cette route devenue impraticable du jour au lendemain. Elle sera d’une très grande utilité pour beaucoup de gens. »

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

To Top