Jimbere

FAITES VOS PUBLICATIONS ICI
French English
Kirundi
Femmes Leaders

Promotion de la paix et la tolérance: les femmes ont pris les devants à Kayanza

Quoique récemment  implantée dans la province de Kayanza, l’Association des Femmes Rapatriées du Burundi (Afrabu) via son point focal a identifié  des  femmes pionnières d’initiatives communautaires dans la commune Matongo.  Ces dernières font parler d’elles-mêmes dans leur communauté. Rencontre

Elles ont entre vingt et soixante ans et sont au nombre de trente. Chaque mercredi après-midi,  ces femmes tous âges confondus  se consacrent à des activités génératrices de revenus, se concertent  et  trouvent des issues à  des problèmes socio-économiques auxquels elles font face.  Pélagie Musonerwa, le team-leader, fait fièrement savoir que son groupement a acquis de l’estime dans leur communauté : «Chaque année,  nous recevons  des femmes qui veulent intégrer notre groupement ».

Elles ont du succès  sur la colline  Kinyovu.  Une dizaine d’entre elles se sont réunies pour rencontrer Jimbere. De la lutte contre les violences basées sur le genre, à la création d’initiative visant l’auto-développement, Pélagie Minani, la soixantaine, et ses compères  ont pris leur vie sociale et économique en main. De vraies dames de fer.

«Aucune femme de notre groupement ne  manque de savon ou porte un pagne déchiré. C’est un temps bien révolu »lance  fièrement  Sylvie Ntimpirangeza, un nourrisson  dans ses bras.  «C’est moi qui ai  acheté les semences pour cette  saison culturale. Et pour la rentrée, mon époux s’est chargé  d’acheter le matériel scolaire », complète  Olive Ndayisenga.

Pélagie Musonerwa et ses pairs ont également développé un esprit de tolérance, de cohabitation pacifique et  de consolidation de la paix dans leur groupement comme dans leur communauté. Elle fait savoir que les activités génératrices de revenus ne sont pas le seul moteur de leur groupement. «Nous sommes devenus une famille. Si l’une d’entre nous ou sa famille  font face à un problème, nous l’affrontons toutes.»

C’est l’une des raisons qui ont guidé Lamberte Nimbona, point focal de l’Afrabu à Kayanza à s’appuyer sur eux pour exécuter le projet de SFCG : «Nous collaborerons avec un tel profil de femmes. Elles sont  déjà connues et influencent déjà d’autres dans leur communauté.» Un atout de taille pour ce projet dont l’Afrabu est partenaire de la SFCG.

Une personnalité irréprochable, un niveau d’information suffisant ont été  quelques-uns des critères clés.

Partager sur
Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top
risus. id facilisis et, venenatis, Aliquam mattis porta. quis, neque.