Jimbere

Kirundi French English
Agriculture

Programme TAPSA : L’agroécologie, au service de la souveraineté alimentaire

TAPSA est un programme soutenu par CCFD-Terre Solidaire et l’Agence Française de Développement (AFD). Il a été élaboré pour résoudre les problèmes des agriculteurs de la région des Grands Lacs. Après quatre ans d’activités, il vient d’être reconduit jusqu’en 2026.

C’est une bonne nouvelle pour les bénéficiaires du projet TAPSA. Suite à son impact dans les communautés, il vient d’être prolongé pour une autre durée de quatre ans. « Nous voulons capitaliser et parachever le travail déjà effectué » a déclaré Audace Ndikumana, coordonnateur régional du programme TAPSA dans la région des Grands Lacs. C’était lors de l’atelier d’évaluation dudit projet tenu au Resto-Bar La Détente en Mairie de Bujumbura du 12 au 13 décembre 2022.

Un projet salué dans la région des Grands lacs

Pour rappel, le projet est mis en œuvre par 5 organisations à savoir ACORD Burundi, ACORD Rwanda, Capad, Uwaki et Inades-Formation Burundi qui en assure la coordination régionale. Joseph Nigeze, Directeur d’Inades-Formation Burundi, affirme que le projet TAPSA a répondu aux problèmes   des agriculteurs. Notamment ceux liés au changement climatique, au manque d’outils adéquats pour une agriculture durable, à l’approvisionnement en intrants agricoles. « A l’heure du bilan, nous sommes satisfaits de voir que grâce à ce projet, les agriculteurs sont désormais capables d’augmenter la production agricole en utilisant les intrants agroécologiques,» se réjouit-il.

Même son de cloche pour Audace Ndikumana. Pour lui, le projet a accompli d’excellents résultats au cours de ces quatre dernières années Nous avons appris aux agriculteurs comment produire sans détruire en utilisant les intrants organiques locaux dans la fertilisation et dans le traitement des maladies et ravageurs des plantes. Au niveau de la fertilisation des champs, les producteurs ont appris diverses techniques de compostage, nous leur avons appuyé dans la production et l’utilisation du fumier de ferme à travers le don d’animaux d’élevage tels que des vaches, des porcs et des lapins.  Les agriculteurs ont été conscientisé pour une gestion durable des ressources naturelles. Ils ont appris à produire les plants dans les pépinières, , ils ont appris à ne pas gaspiller l’eau de pluie en la collectant et en  l’utilisant pour arroser les champs. »

Vedaste Mwenende, chargé de suivi des activités à ACORD Rwanda, fait observer que les bénéficiaires ont appris comment protéger leurs cultures sans recourir aux insecticides. Ils utilisent des produits à base de certaines plantes. Une technique écologique. Vedaste informe également que les agriculteurs rwandais ont également appris à protéger les rivières, à planter des arbres qui s’intègrent à l’agriculture, la nécessité d’utiliser de semences de qualité, et bien d’autres choses.

Théogène, quant à lui, vient   de l’organisation UWAKI du Nord Kivu en RDC. Il assure qu’avec TAPSA, ils ont trouvé un moyen de produire des engrais organiques solides et liquides qu’ils peuvent stocker et utiliser plus tard. Une excellente source de revenue pour ceux qui le vendent.

Les agriculteurs reconnaissent l’apport du projet

Hakizimana Mélance, un agriculteur de Giheta dans la province de Gitega, assure que le projet TAPSA leur a appris une agriculture écologique. « TAPSA est venu comme une solution pour les agriculteurs. Maintenant, plus question de manquer de fertilisants. Sur la base des leçons que nous avons apprises, nous utilisons du compost à partir des déchets des récoltes, de l’herbe que nous ramassons et du fumier des animaux. » raconte-t-il. Judith Nijimbere, cultivatrice de Cendajuru, exhorte les agriculteurs d’apprendre à utiliser des engrais organiques. Elle appelle le gouvernement à vulgariser l’agriculture écologique.

Pour la deuxième phase, le Coordonnateur du projet TAPSA dans la région des Grands Lacs Audace Ndikumana, indique qu’ils vont essayer d’élargir leur zone d’action. Et de mentionner qu’un échange de connaissances à travers des voyages d’étude fait partie de ce qui est prévue dans la deuxième phase du programme.

Signalons que le programme TAPSA est exécuté au Burundi, au Rwanda et en RDC dans la province du Nord Kivu.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

To Top