Jimbere

Kirundi French English
NUKU

Pourquoi le modèle NUKU

Certainement que certains se rappellent des soirées des jeunes entrepreneurs organisées en mairie de Bujumbura depuis 2018. C’était un cadre d’échange entre jeunes entrepreneurs pour faciliter la création d’un écosystème des parties prenantes pour l’autonomisation des jeunes au Burundi. Cependant comme ces soirées se tenaient toujours en « ville », les jeunes entrepreneurs en milieu rural n’étaient pas bien représentés … 

Alors, le modèle NUKU est venu répondre principalement à cette question : comment améliorer l’inclusion du milieu rural dans de tels cadres d’échanges, d’expériences ou d’opportunités? Nous avons cru qu’il serait tout aussi intéressant de savoir ce qu’en pensent les concernés. Sur ce, nous avons eu une brève discussion avec le jeune entrepreneur à succès Delphin Kaze… Extrait.

Pensez-vous que l’initiative NUKU est intéressante, utile aux jeunes entrepreneurs surtout en milieu rural ? 

Delphin : Bien sûr qu’elle est utile. Je vais essayer de répondre en rappelant un peu mon parcours: il y’a 3 ans, je travaillais encore dans les marais de Gitega. A l’époque, on ne pouvait produire qu’une dizaine de kg de charbon bio par jour, dans des conditions des plus difficiles. Quand la lumière du projecteur des médias s’est tournée vers notre initiative, les choses ont commencé à bouger. J’ai commencé à recevoir des appels d’encouragement, des propositions de partenariat, de marché, … Aujourd’hui, la capacité de production quotidienne de l’entreprise KAGE (Kaze Green Economy) arrive jusqu’à 20 tonnes de Kabiof Rukwi (substitution du bois de chauffe) et 10 tonnes pour le Kabiof Makara (substitution du charbon de bois). Alors, bien sûr que les jeunes entrepreneurs ont besoin d’un coup de pouce médiatique pour mieux avancer. Mais, ils doivent aussi savoir que le tapage médiatique est une arme à double tranchant. 

Les médias, une arme à double tranchant ? Comment ? 

Delphin : Avec ma petite expérience, j’ai déjà vu beaucoup de choses. Certains jeunes veulent paraître importants au lieu d’être utiles. Je m’explique : j’ai vu des jeunes entrepreneurs, à peine avoir lancé leur startup, cherchent à tout prix de passer tout le temps dans les médias. Voilà que tu n’as encore rien réalisé, et tu prends la grosse tête. Aujourd’hui, nous sommes dans un environnement où les choses vont tellement vite. Si tu ne t’appliques pas dans ce que tu fais, pour que tu restes concentré sur l’essentiel, que tu apportes du nouveau, de l’innovation, la concurrence t’avale inévitablement. C’est évident que les startups ont besoin d’un coup de pouce médiatique, mais les jeunes entrepreneurs doivent aussi savoir qu’ils ont la responsabilité de toujours innover pour continuer d’exister. 

Dans quelle mesure pensez-vous que NUKU sera bénéfique aux jeunes entrepreneurs ? 

Delphin : Moi-même, d’une façon ou d’une autre, je pense que je suis un produit des médias. Ils ont apporté beaucoup à mon travail. Ils jouent un grand rôle dans le domaine entrepreneurial ces derniers temps. Chapeau, kabisa! Mais, je pense aussi qu’il reste des points à améliorer : il semble que les médias s’intéressent beaucoup plus aux jeunes entrepreneurs qu’à leurs produits. Par exemple, j’ai déjà remarqué que le Kabiof est moins connu que l’entrepreneur Delphin Kaze. Dans de telles conditions, impossible d’avoir des entreprises fortes. Il faut que nos produits soient les plus médiatisés, critiqués, pour nous pousser à l’excellence. Chez Jimbere, vous évoquez souvent le « Fbu », nous devons rester dans cette logique : pour assurer la pérennité de nos entreprises, il faut arriver à écouler nos produits, à créer ce « Fbu » … 

Voilà la raison de notre existence, voilà ce que NUKU devrait avant tout rechercher. 

Bon à savoir 

Au Burundi, il y’a plusieurs interventions appuyant le domaine de l’autonomisation des jeunes mais, les résultats démontrent qu’un nombre significatif de jeunes surtout ruraux n’y ont pas tout à fait accès. Une raison étant que les intervenants ne se concertent pas assez et qu’au final une même petite couche de jeunes bénéficie de presque tous les programmes, interventions. NUKU veut contribuer à résoudre ce problème par une large campagne de communication et en connectant ces jeunes entrepreneurs au Carrefour des Opportunités accessible à tous. 

Par ailleurs, NUKU a la finalité de créer une culture parmi les jeunes où l’autonomisation des jeunes par les jeunes ne sera plus ressentie comme un devoir mais comme une passion, de pouvoir être parmi ceux qui sont reconnus pour avoir contribué au développement de la communauté et d’avoir le privilège de transmettre également cette responsabilité à une autre génération. Les jeunes, c’est l’avenir du pays. Et pour s’assurer d’un avenir meilleur, il faut à tout prix leur permettre d’être responsables et autonomes.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

To Top