Jimbere

Kirundi French English
NUKU

Pamphile Bayubahe, les lapins l’ont sorti de la précarité

Un parcours parsemé d’embûches. Agé de 32 ans, le jeune Bayubahe habite sur la colline Bubezi (Kayanza). Il abandonne l’école en 10ème année suite au décès de l’un de ses parents en 2014. Très vite, il apprend à se débrouiller seul, cherchant de petits boulots pour (sur)vivre

Des années plus tard, après être passé par tous les métiers, il se lance dans l’élevage des poules à Kayanza. « Je suis allé à Mutoyi en province Gitega avec 50.000 Fbu et j’ai acheté 10 poussins. » Une année après, il avait 80 poules. Mais, à cause du manque de médicaments et de la nourriture qui coûtent cher, il juge bon d’abandonner l’élevage Pamphile Bayubahe, les lapins l’ont sorti de la précarité des poules et se lance dans celui des lapins. En septembre 2020, il vend les poules et achète 10 grands lapins 

La suite ? 

Une année après, son clapier contient 95 lapins. De plus en plus, Bayubahe se spécialise dans cet élevage. Grâce au coaching de la part d’un ami, étudiant en Sciences vétérinaires à l’Université, il se débrouille pour administrer des médicaments à ses lapins et leur offrir les soins nécessaires. Côté bénéfice, en plus de l’argent, les lapins donnent du fumier comme fertilisant. « Même leurs urines servent à protéger les plantes. » 

A la question de savoir s’il est prêt à passer d’éleveur à vendeur, Bayubahe dit qu’il est encore tôt : « J’en compte actuellement 95 en espace d’une année. D’’ici quelques temps, ils se seront multipliés encore plus. Pour le moment, un lapin coûte entre 8.000 et 12.000 Fbu. Qui sait ? Demain, ils seront plus chers. » 

Il joue sur le temps, car il a déjà beaucoup de commandes depuis Bujumbura et d’autres grandes villes du pays. Ses rêves ? Devenir la référence dans ce domaine. 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

To Top