Jimbere

Kirundi French English
Société

« Le moindre dérapage discursif peut conduire à des désastres »

Des propos dénigrants voire calomnieux sont tenus par différents leaders d’opinion contre des groupes d’individus à cause de leurs origines, etc. Quoique lâchés sous forme d’humour, ils peuvent conduire aux violences de masse, prévient Dr Guillaume Ndayikengurutse, professeur à l’Université du Burundi en Science politiques.

Que peut-on comprendre par discours dénigrant ?

C’est tout discours ou propos qui vise à transformer l’image d’une personne ou d’un groupe de personnes dans l’objectif de diminuer sa valeur ou leur valeur au sein de la société ou pour pousser les gens qui sont adeptes de ces personnes à s’écarter d’elles, juste pour les isoler.

En quoi et comment ce discours dénigrant est-il dangereux ?

Il y a plusieurs pistes sur lesquels ce genre de discours peuvent être dangereux. Mais ici, j’identifierai particulièrement deux voies : premièrement c’est que les gens qui tiennent ces discours peuvent chercher à donner des justifications pour violer les droits de ces personnes ou de ce groupe de personnes dénigrées, jusqu’au droit à la vie ; deuxièmement, les gens qui utilisent ces discours cherchent à pousser leurs adeptes à adopter un comportement violent à l’égard des personnes dénigrées.   Dès lors, les personnes ou le groupe de personnes dénigrées cherche à prouver que l’image qui lui est collée n’est pas vraie, qu’elle est fausse et dans cette quête de vouloir se défendre, elles peuvent recourir à des moyens qui ne sont pas conventionnels y compris la violence. Ou encore, elles peuvent intégrer ce discours de haine, ce discours dénigrant et accomplir ce que ce discours leur prête et dans ce cas nous sommes face à ce qu’on appelle les prophéties autoréalisatrices.

Dr Guillaume Ndayikengurutse: « Les leaders d’opinion devraient tenir un discours rassembleur, un discours qui tient compte de la diversité au sein de la société. « 

 Selon vous pourquoi les leaders d’opinion recourent souvent à ce genre de discours ?

Le premier motif le plus facile et le plus visible est la poursuite de l’intérêt personnel au détriment de l’intérêt général. Le second motif est le détournement de l’attention du public par des responsables ou leaders d’opinion pour masquer leurs échecs ou déboires. Troisièmement, ces leaders usent de ce genre de discours lorsqu’ils sentent que leurs intérêts sont menacés par le groupe de personnes qu’ils veulent dénigrer ou qu’ils sentent qu’il y’aura partage des intérêts. En quatrième lieu, et de loin le plus dangereux, c’est lorsque les auteurs de ce discours appellent leurs adeptes à user de la violence contre le groupe dénigré.

Dans ce cas, quel devrait être le langage des leaders d’opinion ?

Les leaders d’opinion devraient tenir un discours rassembleur, un discours qui tient compte de la diversité au sein de la société. Ces responsables ou leaders doivent éviter de rappeler tout ce qui a divisé la société par le passé. Nous sommes dans une société qui connu beaucoup de conflits par le passé et donc mobiliser des éléments qui peuvent rappeler les blessures du passé, serait très dangereux. 

Et l’audience, quel comportement devrait-elle adoptée en cas de prolifération de tels discours ?

L’audience devrait prendre de plus en plus conscience de cette réalité qu’il y a toujours, chez un leader, un décalage entre son discours et les pratiques, que son discours ne reflète pas toujours le vécu des citoyens. J’appellerai donc l’audience à se focaliser surtout sur les réalisations, les actions posées par les leaders que leurs discours qui peuvent être juste formulés pour la satisfaction de leurs intérêts personnels.

Des recommandations à nos leaders d’opinion ?

La grande recommandation est de comprendre que nous vivons dans une société blessée, une société qui a traversé beaucoup d’épreuves. Le moindre dérapage même au niveau discursif peut conduire à des désastres. Donc, il faut faire attention à tout ce qu’on dit. Deuxièmement, ces leaders d’opinion doivent comprendre que les citoyens ne sont pas dupes : ils s’ouvrent de plus en plus et cherchent à comprendre ce qui se passe réellement, ils peuvent réaliser le gap entre le discours et les actes. J’appellerai donc nos leaders à se focaliser plus sur les actions que sur des discours qui peuvent s’avérer sans grande importance. 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

To Top