Jimbere

Kirundi French English
Ils nous inspirent

« La mode, c’est une façon de se créer soi même…»

A 18 ans, la jeune Flambelle Mupfasoni offrait le 20 juillet dernier au Flamboyant, « The flame Fashion Xhibition », rendez-vous de mode et glamour. Rencontre avec un talent en croissance

Une des créations de Flambelle

Comment est née votre passion pour le stylisme?

Petite, je fabriquais déjà des vêtements pour mes poupées. J’étais douée et passionnée par le dessin. N’ayant que des frères, j’étais un peu garçon manqué, je voulais m’habiller comme eux, ce qui n’était pas évident vu que mes parents ne voulaient pas. J’ai dû donc très tôt trouver mon style, mon propre look, entre la garçonne et la fille. Ce n’est qu’en 2015 que le stylisme a proprement pris sens pour moi.

A quelle occasion ?

Alors en 9ème année, j’ai organisé, avec quelques camarades de classe, un défilé à l’école. C’était la première fois que je créais de mes propres mains des vêtements pour habiller quelqu’un. Avec des tissus en gitenge et des draps, j’ai fabriqué les vêtements à la main, car il n’y n’avait pas, vous pensez bien, de machine à coudre à l’internat (rires). J’ai habillé tout le monde, filles et garçons. Le défilé fut une réussite et une révélation. Désormais, je voulais faire ça toute ma vie. Après ça, j’ai participé à un autre fashion show en Ouganda, mes premiers contacts naîtront de là.

Juillet 2018, votre première collection… Racontez-nous cette aventure

Ça n’a pas été facile du tout, mais heureusement j’ai pu compter sur le soutien de ma famille et mes amis, aussi bien financièrement que moralement. Pour la soirée de lancement, je n’espérais pas autant de monde, mais les gens sont venus très nombreux. J’étais émue aux larmes. Ma collection est faite de vêtements en coton, dans un style que l’on peut qualifier de streetwear (ce qu’on porte dans la rue NDLR), des vêtements hip-hop, sportifs…

Après cette première collection, quelle est la suite?

(Pensive) Il n’y a qu’une suite…continuer ce que j’ai commencé. La mode est une façon de se créer soi-même et un moyen d’expression. Et je ne peux m’exprimer, pour ma part que par mes créations. Je vais dans un premier temps ouvrir une boutique au quartier Kinindo, pour vendre mes créations car j’ai reçu pas mal de commandes depuis le lancement de ma collection. Ensuite, je compte enrichir mes productions avec les chaussures, les accessoires de beautés, etc. Je veux que ma marque FLAB (Flame Burundi) soit la plus complète possible. Mais surtout, je vais faire une formation à l’étranger pour une année…

A 18 ans, Flambelle tient son prénom du fait qu’elle est la seule fille d’une fratrie de 4 enfants. Après des études primaires à New School (Bujumbura), elle vient de terminer ses humanités générales au Rwanda, en Business, Art et Design, et prévoit de faire une formation d’une année en stylisme

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

To Top