Jimbere

Kirundi French English
Abastars

Marcellin Eucon, le jeune prince de la comédie burundaise

Marcelin Eucon/Kakel Studio

Du haut de ses 13 ans, il est peut-être l’adolescent le plus célèbre à Bujumbura. Avec déjà plus de 25 apparitions sur scène, son nom est déjà connu dans le milieu culturel burundais où il s’illustre depuis 2020 dans l’art du rire.  Au Centre Scolaire Congolais, Marcellin Eucon est une sorte de Harry Potter, la star de l’école. Portrait du benjamin des humoristes burundais.

Marcelin se décrit, et cela de façon très sérieuse, comme un « foulosophe ». C’est-à-dire qu’il pense aux choses sérieuses de la vie, comme le ferait un philosophe, et choisit de railler leur non-sens, leurs incohérences, comme le ferait un fou, assure-t-il. C’est avec cet esprit qu’à 10 ans, Marcellin se découvre un talent d’humoriste :« J’avais l’habitude de railler tout ce que je voyais, et les gens dans mon quartier ou encore mes camarades de classe en riaient. Je me suis dit, si ça se trouve je suis drôle, et si je peux égayer la cour d’école, pourquoi je ne pourrais pas le faire dans une salle pleine ?», confie le môme au regard cristallin et la voix doucereuse, dans un français impeccable.

Dans sa quête d’être humoriste, Marcellin va commencer par ce que tout novice fait : apprendre. Très jeune, il va se prendre une addiction. Celle de visionner à longueur de la journée les passages de Michael Sengazi dans le célèbre Parlement du Rire ainsi que d’autres comédiens qu’ils tentent de mimer parfois même maladroitement : « C’était ma façon d’apprendre, je voulais absolument être un grand humoriste pour qu’un jour je puisse  aussi passer dans le prestigieux Parlement du Rire. », se souvient le natif de Bwiza, de père congolais et d’une mère burundaise. « Je devrais harceler des gens pour avoir 500 Fbu afin de m’acheter des mégas internet et emprunter le téléphone à mes voisins pour regarder les vidéos des autres comédiens que j’imitais volontiers. Je reproduisais, réadaptais leurs blagues et des fois, elles ne fonctionnaient pas. » A l’image de Victor Hugo fantasmant sur son idole Chateaubriand, Marcelin se disait : « Je serais Sengazi ou rien »

Mais tout va-t-il aller comme il le voulait ? Du tout. Car malgré son talent, dans un pays où l’humour n’est pas intégré comme métier à part entière, il faudra surtout savoir composer avec la rigueur de son père. Lui qui veut tout sauf un humoriste sous son toit. Il ne va pas jeter l’éponge pour autant : « Je savais que si je continue à avoir de bonnes notes en classe, mon père me laissera faire la comédie »

Et hop, le déclic…

En mars 2020, Marcellin rencontre son idole, l’humoriste Michael Sengazi qui a remporté le Prix Rfi Talent du Rire en 2020, venu dispenser avec l’humoriste rwandais Hervé Kimenyi une formation aux jeunes aspirants au métier d’humoriste, organisée par l’agence Now Creative plus connue dans l’évènementiel. « Durant les jours que cette formation a durés, je devrais y passer en rentrant de l’école, pour voir, sentir l’ambiance, l’esprit des humoristes. »

Le jeune Marcelin sur scène/ Kakel Studio

A la fin de la formation, la cuvée de 10 jeunes formés va créer le tout premier label d’humoristes au Burundi, le Now Comedy Club. C’est avec celui-ci que Marcellin a fait son premier passage sur scène, quelques mois après. Depuis, le môme se produit dans tous les shows d’humour racontant les malheurs de ses amis à la quête des copines, jouant au professeur mis dans tous ses états par des loques qui feignent l’assiduité en classe alors qu’ils ne rendent que copie vierge à l’examen, mimant la surprise des bambins surpris par leur mère en train de voler de la viande dans la marmite laissée au feu… Si les blagues de Marcellin peuvent paraitre anodines, c’est peut-être sa capacité en tant qu’humoriste à rendre risible chaque fait qui te prend par la gorge. Mais qu’est ce qui inspire Marcellin ? Regard dans le plafond, et la confidence tombe : « Ce que je vis, ce que je vois. »  Et le sexe ça ne t’inspire pas de blagues. « Je ne le vis pas, je ne le vois pas, bah sauf le mien. Non, pour le moment je ne fais de blagues en relation avec le sexe. Tu veux que mon père me mette des baffes ou quoi ?»

Pour l’heure, tout semble marcher à merveille. Le jeune humoriste, qui a fait ses armes auprès de Michael Sengazi, s’apprête même à franchir un autre cap en se produisant cet été à Goma en RDC. « Figurez-vous que maintenant pour m’inviter dans le Kigingi Summer Comedy, Kigingi ne réfléchit plus de midi à quatorze heures. Il y a 2 ans, je lui envoyais de message, il ne répondait même pas. », se rappelle Marcelin enthousiaste de la perspective de pouvoir prester lors de ce rendez-vous majeur de la comédie au Burundi.

Marcellin ne se laisse pas griser par le succès. « Je ne me pose pas de questions par rapport à mon avenir dans la comédie. J’essaie de faire ce que je peux en tant qu’artiste. Je dois rester discipliné, rigoureux et professionnel. Sengazi me le dit chaque fois. Beaucoup sont venus dans l’humour, peu ont percé. » Voilà l’esprit avec lequel l’espiègle Marcellin Eucon compte conquérir la scène humoristique de l’Afrique.

Retenez le nom.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

To Top