Jimbere

Kirundi French English
Education

Les grossesses en milieu scolaire en net recul, les auteurs toujours impunis

Le ministère en charge de l’éducation a produit les données statistiques sur les grossesses en milieu scolaire, de 2014 à 2019… La bonne nouvelle: les chiffres sont en baisse.

Prenons par exemple l’année scolaire 2018-2019: le nombre de grossesses au fondamental a plutôt régressé, en comparaison aux 4 éditions annuelles précédentes, celle de 2015-2016 ayant été la plus marquante.

En 2018-2019, les auteurs des grossesses enregistrés sont au nombre de 401 dont la catégorie des élèves copains totalise 153 personnes, suivie par la catégorie des cultivateurs qui sont au nombre de 71.
Les autres catégories sont des chauffeurs de bus, de Taxi, de TukTuk, des coiffeurs, des commerçants, des domestiques, des enseignants, des étudiants, des exploitants miniers, des mécaniciens, des motards et bien d’autres.

Quid des sanctions contre les auteurs de ces grossesses ?

Malheureusement, la plupart des auteurs de ces grossesses en milieu scolaire n’ont pas été sanctionnés au cours de l’année scolaire en question. Ils sont au nombre de 247. D’autres ont été renvoyés de l’école. Ils sont au nombre de 94. Neuf auteurs ont été incarcérées.

Le rapport compte 3 dossiers en justice. Une seule personne a été révoquée de la fonction publique tandis que deux cas ont été réglés à l’amiable et 7 auteurs ont fui la justice. Signalons également que suite à ces grossesses, 7 cas de mariage précoces ont été enregistrés.

Dans la lutte contre les grossesses en milieu scolaire, un accent particulier doit être mis sur les mesures prises contre les auteurs pour qu’on entende plus des cas réglés à l’amiable, des mariages précoces et bien d’autres cas qui freinent la course vers l’objectif de « zéro grossesse » en milieu scolaire.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

To Top