Jimbere

Kirundi French English
Diaspora

Si le Cameroun m’était conté

La salle de fête de l’entreprise Alpha CD s’est parée des tons verts, jaunes et rouges ce 21 mai 2022 pour célébrer la fête de l’Unité Nationale du Cameroun. Ressortissants de ce pays de Samuel Eto’o au Burundi ainsi que les Burundais y ayant vécu s’étaient donnés rendez-vous. A la clé: des nouvelles perspectives pour l’Association des Camerounais et Amis du Cameroun au Burundi (ACAB)

Une fête de Camerounais au Burundi, à quoi ça peut bien ressembler ? Quel goût ont les réjouissances entre deux peuples dont tout semble séparer à priori : les Camerounais connus le plus comme des gens qui parlent beaucoup et aiment se faire remarquer et les Burundais réputés taciturnes, calmes et posés.

2 pays qui, par ailleurs, ne disposent d’aucune représentation diplomatique de quelque sorte, ni ambassade, ni consulat, sur la terre de chacune. Surtout quand l’on note aussi qu’à part des échanges de civilités entre les dirigeants de ces pays, pour se souhaiter des félicitations en cas de victoires aux différentes élections ou célébration de fêtes nationales, des condoléances ou encouragements en situations douloureuses, les relations entre les citoyens des  2 pays ne  sont essentiellement qu’individuelles…

Jour de fête, jour de joie.

Et pourtant, au fond du mall d’exposition des produits de l’entreprise du mobilier Alpha CD Technology, une salle feutrée a laissé place à un spectacle bariolé, grouillant de vie, de cris, et de rires. Ici c’est jour de fête ! Fête de simplicité, de générosité, de partage et de convivialité, et surtout fête d’Unité Nationale plutôt célébré chaque 20 mai par les Camerounais, un jour symbolique dans la vie nationale des habitants et ressortissants de ce pays surnommée  »l’Afrique en miniature », une expression qui fait allusion à sa diversité climatique et physique.

A l’entrée, l’on est directement accueilli dans un cadre festif et la musique bat son plein. Un effort dans le décor donne tout de suite à la fête une ambiance « à la camerounaise », histoire de rappeler les souvenirs de la terre natale.

Dans le parterre, l’on note la présence du camerounais et représentant-pays de l’Unicef au Burundi John Agbor, le Vice-President de la BRB Audace Niyonzima et parrain de l’évènement, l’homme d’affaires Denis Ciza à la tête d’Alpha CD Technology, qui ont tous étudiés au pays de Paul Biya, et d’autres illustres convives heureux de ravir leurs papilles aux stands de restauration, avec des spécialités camerounaises. Une bonne façon de retrouver les saveurs de son pays le temps d’une soirée, tout en discutant de sa vision de Yaoundé et du Cameroun, en échangeant également de ses expériences au Burundi. Une soirée qui permet également de célébrer et retrouver les habitudes camerounaises le temps d’un instant, au milieu de la vie trépidante de Bujumbura.  

Différents numéros de danses culturelles ont agrémentée la soirée

Sur le podium, un spectacle de danses traditionnelles burundaises et camerounaises est offert. Les convives se délecteront spécialement de ce numéro de danse guerrière camerounaise exécutée par des garçons torses nus et pagnes entourant la taille, des colliers de perles, des accessoires évocateurs du passé, et clochettes aux chevilles, un vrai moment magique mélangeant virilité des lutteurs et émotion du chant et de la danse…

Quid de l’ACAB?

L’histoire de l’ACAB, c’est surtout celle d’une organisation qui trouve ses origines dans une tontine entre concitoyens qui aboutira en 2006-2007 à la première association des Camerounais au Burundi à savoir la CCB. Celle-ci avait pour vocation de permettre aux Camerounais et Burundais ayant vécu au Cameroun de se retrouver et se connaitre, échanger des nouvelles et partager des opportunités… La CCB est allée évanescente jusqu’à s’essouffler en 2015 suite au souci d’effectif. Tout comme le phoenix qui renaît de ses cendres, l’ACAB renaîtra en 2018. Cette fois-ci, elle sera dotée d’une mission de promotion de l’image du Cameroun et de la solidarité entre ces peuples.

L’ACAB réalise également des activités caritatives au bénéfice des populations démunies comme les remises des dons de matériel de première nécessité aux familles des vulnérables de Buterere en mars 2021 et celle de la localité communément appelée « Ku mase » en mars 2022 toujours en zone urbaine de Buterere.

Alexis Kwontchie, Président de l’ACAB

Avec plus de 80 membres, dont 29% sont de Burundais, l’ACAB s’est dotée d’un plan d’action biennal (2022-2023) structuré autour de 3 axes: institutionnel et amical, social et solidaire, culturel et sportif, comme l’indique son President Alexis Kwontchie.

Dans les perspectives d’avenir, l’association compte continuer le plaidoyer pour la mise sur pied des représentations diplomatiques respectivement dans les deux pays ainsi que le développement des échanges commerciaux, culturel et professionnels entre les deux pays frères, indiquera Dr Yves Moukoury, membre de l’association au Burundi depuis 28 ans. Le temps de regarder sa montre, l’heure affiche minuit passées, quelques bouchées de vin, des palabres juteuses d’amitié, le temps de se rappeler que le Cameroun est tiré dans la même poule avec le Burundi, le Kenya et la Namibie pour les éliminatoires à la CAN 2023, la fête peut se terminer.

Bonus pour la culture générale

17 fois la taille du Burundi, avec ses 475.000 Km2, le Cameroun, pays du Golfe de Guinée comptant plus de 27 millions d’habitants à cheval entre l’Afrique Centrale et l’Afrique de l’Ouest se démarque d’abord par sa diversité culturelle et ethnique : plus de 240 ethnies, 250 dialectes et 2 langues officielles, le français et l’anglais.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

To Top