Jimbere

Kirundi French English
Société

Face au discours chacal, que faire ?

Certaines personnes tiennent des discours en jouant sur les sentiments de culpabilité des gens afin de les manipuler pour arriver à leurs fins. Comment détecter ce langage ? Quel comportement adopter ? Egide Nkurunziza, socio anthropologue, enseignant à l’Université du Burundi nous éclaire…

Que peut-on comprendre par langage chacal ?

Par langage chacal, il faut comprendre deux choses : il y a la monopolisation de la parole, la discrimination du point de vue d’autres personnes. C’est-à-dire un langage qui ne donne pas ou qui ne permet pas aux autres de s’exprimer, de donner leurs points de vue.

Quelles sont les caractéristiques de ce langage ?

Je pourrais dire que ce langage est souvent caractérisé par l’individualisme. Donc, ce comportement ou bien cette manière de considérer ses propres positions comme vérité universelle ne pouvant pas être contrariées, cette façon de ne pas accepter les points de vue des autres sur un sujet donné ou un évènement donné, montre que tu t’accuses de quelque chose. Mais cela démontre aussi la peur d’être critiqué, jugé parce qu’il y a l’absence de la vérité. Une autre chose  est que lorsqu’on monopolise la parole, c’est qu’il y a des choses que l’on veut cacher alors que la réalité est connue de tout le monde.

Egide Nkurunziza, socio anthropologue, enseignant à l’UB

Et c’est dans quel contexte où les gens utilisent ce genre de langage ?

Ce langage est souvent utilisé au moment où il y a une mésentente entre les membres de la société ou les différents groupes. Si deux groupes ne s’entendent pas sur les avantages accordés ou certains profits, ce langage est donc utilisé pour instrumentaliser une catégorie de personnes en vue de les préparer à défendre les intérêts du groupe auquel elles appartiennent ou de leur faire faires des actes que les auteurs du langage ne feraient pas eux-mêmes.

Ce langage peut-il conduire à la prolifération des messages de haine ou aux violences de masse ?

Oui bien sûr qu’il a des effets néfastes dans la communauté. Il peut détruire la cohésion sociale parce qu’il sème la haine dans la communauté, ce qui conduit aux mésententes entre différents groupes. Il peut arriver qu’un groupe soit socialement défavorisé, mais lorsqu’un langage chacal est utilisé dans un tel contexte, cela suscite de la colère chez ceux qui se sentent défavorisés, malheureux, ce qui conduit directement aux conflits dans la communauté, voire aux violences de masse.

Peut-on mettre fin à ce genre de discours ?

C’est possible. Mais, seulement si ceux qui utilisent ce langage acceptent d’autres réalités et comprennent que les points de vue des autres peuvent contribuer à la construction de la bonne cohabitation.  Ceux qui utilisent ce langage doivent comprendre que c’est la diversité qui fait l’harmonie. S’ils n’acceptent pas que les autres peuvent contribuer au développement de la société, cela ne peut pas marcher.

Alors quel comportement devrait adopter un récepteur d’un discours chacal ?  

Il doit détecter ce que l’émetteur du message voudrait dire aux membres de la communauté parce que s’il ne fait pas attention aux messages donnés, il y a risque d’instrumentalisation et de destruction sociale. Il doit user de son sens de l’analyse pour mieux comprendre ce message, le décortiquer pour ne pas tomber dans le piège de l’instrumentalisation qui débouche souvent aux violences entre différents groupes.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

To Top