Jimbere

Kirundi French English
Entrepreneuriat

L’entrepreunariat pour contourner la méfiance entre jeunes politiquement engagés

Alors que se clôturait la semaine dédiée à la paix, le Centre d’Alerte et de Prévention des Conflits-CENAP s’est joint ce 23/09/2021 aux jeunes affiliés aux différents partis politiques de la zone Cumba pour insister sur la cohabitation pacifique grâce aux projets fédérateurs.

Au-delà de leur appartenance sociale, de la diversité (d’opinions) politique, ethnique ou religieuse, ces jeunes de la commune Muyinga, zone Cumba se sont mis ensemble pour des projets de développement communautaire, allant de l’agriculture à l’apiculture.

Des jeunes issus de 12 différents partis politiques, qui jadis, se regardaient en chien de faïence, et qui partagent désormais la même préoccupation, celle «d’un Burundi pacifique, prospère où chacun a sa place et dignité », comme le rappelle Shabani Nimubona, responsable des jeunes du parti au pouvoir à Muyinga.

Serge Ntakirutimana, chercheur et chargé des programmes au CENAP explique: «Depuis 2015, le CENAP accompagne les groupes de dialogue permanent dit GDP, à travers les projets générateurs de revenus. Non seulement ces jeunes gagnent de façon financière, mais aussi socialement. Se réunir autour d’un projet fédérateur les amène à la cohabitation pacifique et la consolidation de la paix durable».

Auprès des ruches du GDP Muyinga…

N’est-ce pas que l’union fait la force ?

Déjà, les 54 membres de ce GDP de Muyinga cultivent ensemble un champ de 3 hectares. Ils ont également un projet d’apiculture avec plus de 80 ruches modernes.

«Notre diversité fait notre force », dira Prosper Bizindavyi, membre du GDP et responsable des jeunes du parti CNL en province de Muyinga. Et d’ajouter : « Travailler dans une ambiance bon enfant…se taquinant parfois sur nos histoires vécues pendant la période électorale, partageant souvent le quotidien post électoral, jalonné de victoires et dedéfaites… fait partie de l’environnement qui rend notre communauté plus soudée ».

«La situation conflictuelle n’avantage personne. Surtout nous, les jeunes ! Avant d’appartenir à tel ou tel parti politique, nous avons en commun le pays. Le Burundi, c’est notre berceau et nous avons le devoir de le protéger et travailler à son développement », renchérit Fulgence, responsable de la jeunesse du parti UPRONA, à Muyinga.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

To Top