Jimbere

Kirundi French English
Environnement

Dépotoir de Buterere : une délocalisation en suspens

Annoncée en grandes pompes, la délocalisation du dépotoir de Buterere vers zone Muzinda se fait toujours attendre une année après. La population se dit dépassée, l’administration tranquillise et propose des solutions palliatives en attendant…

A l’entrée du dépotoir de Buterere, l’on est accueilli par une odeur nauséabonde et une fumée noirâtre. Pendant ce temps, des camions des sociétés chargées de la collecte des déchets ménagers un peu partout dans la ville de Bujumbura déversent leurs chargements comme si de rien n’était au bord de la rivière Mubone, remplissant encore et encore les lieux des montagnes d’ordures.

Approché, un des camionneurs nous rétorque : « Nous, on met là où on nous dit de mettre, rien de plus », avant d’ajouter que le terrain de 5 ha situé en zone Muzinda de la commune Rugazi en province de Bubanza vers lequel sera délocalisé le depotoir n’est pas encore aménagé.

En attendant, l’air est de plus en plus irrespirable non loin des bassins où se versent les eaux des latrines des quartiers de Bujumbura tant les odeurs et l’insalubrité qui y règnent, feraient fuir tout étranger voulant s’y aventurer.

Resignés quelques habitants de Buterere se sont habitués à cet atmosphère : « Je viens de passer 11 ans ici. Au fil du temps, je me suis habituée de ces immondices », se désole une femme que l’équipe Jimbere Magazine a rencontré en cette matinée du 17 février 2022 juste derrière les égouts entrain de laver le linge dans les eaux sales des caniveaux.

Malgré la connaissance des risques encourus par rapport aux maladies des mains sales, une femme enceinte également rencontrée sur place dit n’avoir pas de choix : « Nous savons que nous et nos familles, surtout nos enfants sont exposés aux différentes maladies mais nous n’avons pas de choix que de vivre à côté de ce dépotoir. » Et de marteler que ces populations vivent bon gré mal gré dans l’espoir d’une disparition subite de ces montagnes d’ordures.

Quelques pistes de solution en attendant la délocalisation

Contacté, Ernest Niyonzima, administrateur de la commune Ntahangwa fait le même constat : « Le plus triste est que pendant la saison des pluies, ces amas d’immondices sont inondés, bloquant l’accès des routes qui mènent vers le dépotoir, ce qui accentue encore plus l’insalubrité. »

Et de tranquilliser la population de Buterere en indiquant que le CEPRODILIC à travers le projet ADEPE s’occupe de l’aménagement du nouveau terrain devant abriter le dépotoir de Muzinda lui attribué par le ministère ayant l’environnement dans ses attributions.

En attendant cette délocalisation, l’une des solutions serait le recyclage : « Ces déchets peuvent être une source de revenus grâce au recyclage. Par ailleurs, soutient M. Niyonzima, le CEPRODILIC à travers le projet ADEPE, fera le tri parmi ces déchets pour en déposer certains sur le nouveau terrain de Muzinda une fois aménagé, et recycler le reste comme le plastique, le fer et d’autres déchets pour une prochaine transformation. »

Interrogé, Msc Irumva Emmanuel, Directeur Général du CEPRODILIC confie que les travaux d’aménagement ont débuté en 2021 et qu’ils vont reprendre en Avril 2022 : « Nous œuvrons en partenariat direct avec le Gouvernement Burundais. » A l’idée d’une éventuelle date de délocalisation, le Directeur Général botte en touche.

En attendant et comme à quelque chose malheur est bon, certains propriétaires des parcelles font des affaires avec ces immondices en louant les services des sociétés de collectes des ordures pour qu’elles en remplissent leurs terrains marécageux afin de pouvoir construire sur un sol un peu plus sec et solide.

A ce sujet, Ernest Niyonzima, administrateur de la commune Ntahangwa n’y va pas par quatre chemins : « Nous connaissons cette situation. Nous nous sommes entretenus avec ces citoyens. Ils savent qu’ils se trouvent dans une zone tampon. La seule solution est de libérer les terrains. »

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

To Top