Jimbere

Kirundi French English
Art

La maison artistique de «Buja Sans Tabous», une première au Burundi

L’endroit, seulement par sa sonorité, on comprend qu’il s’agit d’une hacienda des théâtreux. Aussi, la place va accueillir les passionnés d’autres arts (dessin, slam, etc.). « La maison va au-delà du théâtre, elle est ouverte à tout amoureux de l’art », Freddy Sabimbona, metteur en scène et Directeur artistique du festival « Buja Sans Tabous ».

« C’est un petit pas pour le théâtre, mais un grand pas pour l’art burundais », pouvons-nous nous permettre de reprendre les sages mots de Neil Armstrong, le premier homme sur la Lune. Le rêve d’avoir un endroit où les acteurs peuvent disposer à leur guise ne date pas d’hier.

« Le rêve a commencé à nous hanter, il y a de cela 10 ans. Une inspiration tirée d’autres milieux culturels visités au cours de nombreux voyages effectués. Aujourd’hui, le rêve est devenu une réalité. Nos acteurs ont une place où ils peuvent se permettre de bosser pendant plus de 7h par jour. L’expérience avec « Point Zéro », nous a prouvé que ce rêve valait le coup. Alors qu’il nous fallait plus d’un trimestre pour préparer une pièce de théâtre, la création et la mise en scène de cette dernière ont pris juste un mois. » Raconte Freddy Sabimbona, avec son éternel sourire aux lèvres.

Et de profiter de l’occasion pour encourager tout artiste qui voudrait se joindre à eux. « Des photographes se sont déjà joints à nous. D’ailleurs, ce sont leurs produits qui ornent les murs de notre maison. En outre, ce sont les photos de leur formatrice (Sarah Waiswa) qui ont inspiré la pièce de théâtre « Point Zéro » ».

« Point zéro », cet espoir qui devrait naitre dans le cœur de tout burundais

Crée par Claudia Munyengabe, la pièce de théâtre a été présentée aux inconditionnels fans du Collectif des troupes théâtrales qui se sont déplacés à Kabondo ce week-end denier (du 12 au 14 décembre) lors de l’inauguration officielle de la maison. 

S’inscrivant sur la liste des 10 pièces de théâtre prévues d’être présentées lors du festival qui aura lieu du 17 au 23 février l’année prochaine autour du thème « Théâtre & Histoire », « Point zéro » a connu un succès dès sa première. Le fond du texte et le talent des acteurs a épaté plus d’un. L’auteure de cette pièce, l’une des étoiles montantes dans le théâtre burundais, ne s’attribue pas la réussite à elle seule.

 « Le grand travail a été effectué par mes compagnons de scène. Crée sur base des inspirations des photos de Sarah Waiswa, la pièce est l’arrangement des impressions que ces photos ont eu sur chacun des artistes par rapport à son vécu quotidien », dira-t-elle avec humilité.

Et que veut alors dire « Point Zéro » ?  La quatrième édition de Buja Sans Tabous s’étant donné la mission de retracer l’histoire des 5 quartiers ainées de Bujumbura, la pièce explore le passé de cette société « bujumburoise », sans toutefois s’y atteler car l’objectif est de rappeler à la jeunesse burundaise que la quête d’un monde meilleur est toujours d’actualité et possible.

« La vie est une pièce de théâtre où chacun joue son rôle. La finalité de la pièce n’est pas de s’atteler sur cette face sombre de la société, mais d’envoyer un message d’espoir à la jeunesse burundaise que malgré les moments durs par lesquels elle a dû supporter, un monde meilleur est à leur portée », tel est le message, selon l’auteure.

« Staging Times », un festival qui se veut multicolore

Le nom en anglais (Temps sur scène) est le thème central de « Buja Sans Tabous ». Des théâtreux de 5 autres nations (Afrique du Sud, Malawi, Mali, Burkina Faso, et le Kenya) sont attendus au festival de l’an prochain.

« Chacun des acteurs présentera au cours de la semaine comment son peuple interprète le temps. Ce sera une occasion pour le public burundais, et surtout la jeunesse, de reconnaître de l’importance de ce facteur », notifiera Freddy Sabimbona.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

To Top