Jimbere

Kirundi French English
Dans nos coopératives

Ce que l’on sait sur l’audit financier des coopératives collinaires Sangwe

29,1 milliards de Fbu a été réservée aux projets collinaires à travers 2.911 coopératives Sangwe. Le financement s’est fait sous la forme d’un prêt de 10 millions Fbu par coopérative, remboursable dans 2 ans … Les chiffres officiels dressent un bilan positif.

Pour commencer, les coopératives Sangwe sont principalement réparties dans quatre filières: l’agriculture, l’élevage, l’artisanat et la transformation des produits agricoles. Ceci ressort du rapport d’évaluation des coopératives collinaires sur le financement de l’Etat (exercice budgétaire 2019-2020) effectué par le FONIC (Fonds National d’Investissement Communal) en collaboration avec d’autres instituions de l’Etat qui accompagnent le mouvement coopératif au Burundi.

Selon toujours le rapport, seules deux des 2.911 coopératives bénéficiaires de ce financement de l’Etat n’ont pas pu accéder au crédit. La Raison ? « Cet argent a transité via la CAPEDEBU, une microfinance en faillite à l’époque, aujourd’hui fermée par la BRB. » Et quid des 2.909 coopératives qui ont pu recevoir les fonds ? Voici le résumé en 3 points des résultats de l’évaluation financière :

6 sur 10 coopératives ont des projets qui présentent des profits …

Sur les 2.909 coopératives qui ont reçu les fonds, 1.807 ont pu enregistrer un profit. Soit un taux de réussite de 62%. Ces dernières constituent la première catégorie du classement ou la catégorie verte avec un patrimoine, pour chacune d’elles, supérieur ou égale à 10 millions Fbu.

La deuxième catégorie est celle des coopératives au patrimoine valant entre 5 et 10 millions chacune. Celles-là s’élèvent à 871 (30% du total) et constituent le groupe jaune. Enfin, la catégorie rouge qui regroupe 233 coopératives (8% du total), avec un patrimoine en deçà de 5 millions de Fbu …

Les coopératives Sangwe ont fructifie les fonds …

Le profit global, un autre aspect intéressant qu’affiche le rapport de l’évaluation. Au total, la richesse des coopératives a augmenté de plus de 4 milliards Fbu portant le patrimoine global des 2.909 coopératives à 33,3 milliards de Fbu, soit une amélioration d’autour de 15%.

Le patrimoine de ces coopératives combine trois aspects à savoir les « réalisables » qui comprennent le stock, de bétail et des récoltes attendues. La valeur de cette catégorie est estimée à plus 25,7 milliards de Fbu, soit 77 % du patrimoine global. L’autre aspect concerne la trésorerie ou les fonds disponibles en caisse ou sur les comptes des coopératives au moment de l’évaluation : la part de celle-ci se porte de 3,7 milliards de Fbu. Enfin, la valeur du patrimoine inclut les de 3,6 milliards de Fbu correspondant à la valeur estimée de l’équipement (matériel, moulins, constructions, location des terrains cultivables), les dettes, … détenus par les coopératives.

Classement, des hauts et des bas

En plus des éléments précédemment évoqués, le rapport dresse également un classement des coopératives selon le patrimoine ou selon la localité.

Classement selon le patrimoine

Classement selon la localité

Enfin, que sait-on du remboursement ? Le remboursement du prêt reste une condition valable à toutes les coopératives bénéficiaires, les bonnes élèves comme les mauvaises, précise Servilien Nitunga, le directeur général du FONIC. « Seulement les stratégies de remboursement restent à se convenir … », tient-il à préciser.

Par ailleurs, ces coopératives vont bientôt bénéficier d’un autre crédit équivalent au premier. Autre précision de Servilien Nitunga : « On n’est à la quête d’un développement socio-économique inclusif, personne n’est à laisser derrière. Nous voulons même étendre le financement au-delà des coopératives Sangwe, intégrer d’autres types de coopératives dans de tels financements ultérieurs. La réflexion est sur table. »

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

To Top