Jimbere

Kirundi French English
Santé

Après une brûlure, le handicap n’est jamais loin…

Bienvenu Hakizimana a été brûlé en bas âge et est devenu définitivement handicapé

Il est devenu fréquent de trouver sur les réseaux sociaux et les médias traditionnels des cas d’enfants infligés de brûlures corporelles en guise de punitions. Une pratique à bannir, car cette violence cutanée peut tourner en un handicap comme cela est arrivé à Bienvenu Hakizimana.

Médicalement parlant, une brûlure est une lésion cutanée des tissus profonds causée par le soleil, des liquides chauds, le feu de bois, l’électricité ou des produits chimiques.

Le symptôme d’une brûlure va d’une légère sensation de gêne à une urgence vitale selon la taille et la profondeur (le degré) de la lésion.

Bienvenu Hakizimana, 26 ans et étudiant a connu une brûlure alors qu’il n’était encore qu’un bébé : « Ce bras droit que vous voyez infirme aujourd’hui a été brûlé lorsque j’avais trois ans par un feu de bois. »

Ce jour-là, raconte l’étudiant, il n’y avait personne à la maison pour le secourir : « Lorsque ma mère est arrivée, il était trop tard. Elle m’a emmené à l’hôpital, la plaie s’est cicatrisée mais elle n’a jamais complètement guéri parce que la brûlure était profonde »

Après 8 ans de ce jour malheureux, confie M. Hakizimana, son bras droit a tourné petit à petit jusqu’à ce qu’il en devienne définitivement handicapé : « Je ne pouvais plus rien faire de mon bras droit en plus des douleurs qui ne voulaient plus me lâcher. »

Un mauvais traitement d’une brûlure peut conduire au handicap

Dr Pie Nibirantije: « Une brûlure peut résulter en un handicap si elle n’est pas bien traitée »

Contacté Pie Nibirantije, dermatologue, assure qu’une brûlure peut causer le handicap : « Les brûlures se classent en trois degrés et leur conséquence se manifestent selon ces degrés. Le premier degré s’observe par la peau qui devient rouge sans cloques. Le second degré est caractérisé par une peau avec des cloques remplies de liquide et enfin le degré où la peau est noire ou blanchâtre et insensible. »

Concernant l’étendue, une brûlure est grave lorsque sa surface est supérieure à la moitié de la paume de main de la victime. A cette étape, elle peut causer un handicap, de l’insuffisance rénale, etc, affirme le spécialiste.

Pour le cas de Bienvenu Hakizimana, le dermatologue assure que le traitement peut durer plusieurs années puisqu’il a été brûlé en bas âge et d’une manière profonde.

Et de préciser qu’une personne brûlée peut avoir une infection, une déshydratation, un ulcère de stress, la dénutrition, avoir une cicatrice hypertrophique, des complications fonctionnelles d’où le besoin de faire une kinésithérapie après la guérison des blessures. »

Conseil et avis du médecin : « Il ne faut pas jouer avec le feu»

Bienvenu Hakizimana lance un appel à tout le monde, particulièrement aux jeunes, de ne pas jouer avec le feu : « Chers amis, ne jouez pas avec le feu ou tout ce qui peut causer une brûlure. »

Pour lui, c’est criminel d’entendre un parent qui punit son enfant en brûlant ses doigts à cause d’une quelconque faute : « S’ils savaient combien j’ai souffert le martyre, ils arrêteraient vite cette pratique. »

Pie Nibirantije, rappelle qu’il y a de très forts risques d’infection si la brûlure n’a pas été bien traitée et de conclure :« En cas de grave brûlure, il est toujours recommandable de suivre une kinésithérapie et recourir à la chirurgie esthétique si c’est nécessaire, l’utilisation de médicaments traditionnels sans pour autant consulter le médecin est fortement déconseillée. »

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

To Top