Jimbere

FAITES VOS PUBLICATIONS ICI
French English
Kirundi
Femmes Leaders

Les amazones de Kabezi

Générose, Judith et Marie, font bouger les choses à Kabezi. Identifiées par l’association Dushirehamwe dans le cadre du projet « Soutenir les femmes leaders d’aujourd’hui et de demain pour faire avancer la paix au Burundi », ces  trois  battantes reviennent sur leurs engagements quotidiens

Judith Nahimana : Toute timide  mais aussi souriante,  les allures de Judith cachent bien  ses multitudes initiatives dans sa communauté.  Sous sa casquette de médiatrice dans sa localité,  Judith a également pris les  problèmes   liés à l’agriculture à cœur. Alors que, comme le reste du pays, la commune Kabezi connaît  des  aléas climatiques  affectant les saisons culturales, Judith a initié son entourage à la réalisation  d’un  fossé à compost à partir de déchets ménagers en seulement deux jours.  «À deux mois, nous obtenons du compost  de qualité». Judith recommande cette méthode, qui selon elle, réduit considérablement l’usage des engrais chimique. De plus se gratifie-t-elle, «les gens ont de quoi s’occuper pendant la saison sèche.»

Générose Ndayisenga : Dynamique, dévouée à la cause de son association, Générose  connaît comme sa propre paume les activités que Dushirehamwe mène  dans sa commune depuis 2002.  Point focal de l’association dans la commune Kabezi, elle s’est appliquée depuis à initier les réfugiés et les rapatriés à la résolution pacifique des conflits et à la citoyenneté.  Son action ne s’arrête pas là pour autant. Générose et d’autres leaders viennent en aide aux jeunes filles victimes de violences sexuelles, les enfants abandonnés  par  un accompagnement, une orientation vers les organismes efficaces dans ces domaines.

Marie Barengayabo : Audacieuse, Marie n’est pas  une novice  en matière de leadership.  Naviguant entre des formations offertes par d’autres organismes, elle fait partie de ceux qui mettent à la pratique les techniques apprises et connaissances acquises.  Pour le moment, Marie initie son entourage à la création d’un  fumier humain en exploitant des fosses septiques.  Une technique  apprise en juillet 2017. S’étant imprégnée  de formations sur le civisme, elle  sillonne également  la colline Mena pour  initier d’autres jeunes à la résolution pacifique de conflits : « Plusieurs femmes de mon entourage préfèrent dorénavant régler leurs différends   via les noyaux de bases et les médiatrices ».

Partager sur
Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top
commodo quis justo sed Aenean dictum eleifend amet,